Accueil > Communiqués de presse > 2007 > communiqué SMG, USP et SUD Santé = Franchise : responsabilisation ou (...)

communiqué SMG, USP et SUD Santé = Franchise : responsabilisation ou exclusion ?

jeudi 24 mai 2007

Forfait hospitalier journalier, forfait actes médicaux onéreux, participation d’un euro à la consultation… depuis l’invention du forfait hospitalier en 83 celui-ci a fait des petits et se soigner devient de plus en plus onéreux.

A chaque nouvelle participation financière de l’usager c’est la même antienne qui est mise en avant : la responsabilisation. A chaque nouvelle mesure, l’usager devient client et donc son accès au soin est de plus en plus déterminé par sa situation socio-économique.

La question est de savoir si le soin est une marchandise ou relève d’un projet de société.

Si la pauvreté et l’exclusion sont des facteurs de morbidité aggravée, la santé ne reconnaît pas les barrières socio-économiques et les épidémies n’ont pas de frontières de classe. Il suffit qu’une partie d’une population n’ait plus accès aux soins pour que toute la collectivité en pâtisse.

Cette franchise est une régression supplémentaire dans un système de santé et de protection sociale déjà mis à mal, refus de soins aux personnes dépendantes de la CMU, dépassements d’honoraires prohibitifs…. Et une fois de plus les seules personnes « responsabilisées » seraient celles pour qui le coût des soins poserait un problème, une fois de plus, l’amalgame entre pauvreté et irresponsabilité est entretenu.

Nous revendiquons la gratuité des soins et une protection sociale universelle, une autre organisation des soins et notamment la fin du paiement à l’acte et de l’activité privée lucrative en matière de santé.

Documents joints

Répondre à cet article

Accueil > Communiqués de presse > 2007 > communiqué SMG, USP et SUD Santé = Franchise : responsabilisation ou (...)

communiqué SMG, USP et SUD Santé = Franchise : responsabilisation ou exclusion ?

jeudi 24 mai 2007
Mis à jour le jeudi 17 janvier 2008

Forfait hospitalier journalier, forfait actes médicaux onéreux, participation d’un euro à la consultation… depuis l’invention du forfait hospitalier en 83 celui-ci a fait des petits et se soigner devient de plus en plus onéreux.

A chaque nouvelle participation financière de l’usager c’est la même antienne qui est mise en avant : la responsabilisation. A chaque nouvelle mesure, l’usager devient client et donc son accès au soin est de plus en plus déterminé par sa situation socio-économique.

La question est de savoir si le soin est une marchandise ou relève d’un projet de société.

Si la pauvreté et l’exclusion sont des facteurs de morbidité aggravée, la santé ne reconnaît pas les barrières socio-économiques et les épidémies n’ont pas de frontières de classe. Il suffit qu’une partie d’une population n’ait plus accès aux soins pour que toute la collectivité en pâtisse.

Cette franchise est une régression supplémentaire dans un système de santé et de protection sociale déjà mis à mal, refus de soins aux personnes dépendantes de la CMU, dépassements d’honoraires prohibitifs…. Et une fois de plus les seules personnes « responsabilisées » seraient celles pour qui le coût des soins poserait un problème, une fois de plus, l’amalgame entre pauvreté et irresponsabilité est entretenu.

Nous revendiquons la gratuité des soins et une protection sociale universelle, une autre organisation des soins et notamment la fin du paiement à l’acte et de l’activité privée lucrative en matière de santé.

titre documents joints

Répondre à cet article

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.