Accueil > Le mot du bureau > Soyez insoumis à l’Ordre !

Soyez insoumis à l’Ordre !

lundi 15 février 2016, par SMG

Le manifeste du Mouvement d’Insoumission Ordinal Partiel, MIOP, vient d’être lancé par une centaine de médecins qui refusent l’obligation de cotisation à l’Ordre des Médecins (en documents joints).

Ils contestent le rôle et les prises de positions de celui-ci, tout particulièrement :

- Son rôle de juridiction d’exception qui lui permet de retirer à un médecin le droit d’exercer même si celui-ci n’est pas encore jugé par les tribunaux ordinaires, cela a été le cas pour le Docteur Bonnemaison.

- Son instruction des plaintes d’employeurs contre les médecins qui attestent du lien entre travail et santé pour leurs patients et le prononcé de condamnations pouvant aller jusqu’à 6 mois d’interdiction d’exercer (voir le site de l’Association Santé et Médecine du travail http://www.a-smt.org/).

- Ses prises de position récentes contre le tiers payant intégral obligatoire.

Pour rejoindre les insoumis :

- Signez le manifeste du MIOP avec un message à l’adresse : mmiop2016@gmail.com

- Ne payez que la moitié de la cotisation à l’Ordre en leur envoyant (en recommandé avec AR) la lettre proposée par le MIOP (document word joint).

Documents joints

  • Le 18 novembre 2016 à 20:33, par bernex

    Soyez insoumis à l’Ordre !

    bonjour je suis moi meme generaliste , insoumis a l’ordre depuis 30 ans , je repasse pour la X ième fois au tribunal le 12 12 , et je vais perdre pour la Xième fois , mais ce n’est pas grave
    en fait je les attaque principalement de par le fait qu’ils n’ont pas oeuvré a respecter la couverture sanitaire en france
    qu’ils ne sont pas impartiaux
    et aussi de l’inequité entre generaliste et specialiste puisque les obligations faites aux generalistes sans obligation de reciprocité font qu’ils ne sont plus qualifiés pour representer le medecins generalistes
    et surtout , l’acceptation du parcours de soins coordnné
    font que X % des personnes ne trouvent plus de medecins traitant et bon nombre d’entre eux ’n trouverons jamais , du fait de leur couleur et de leur culture , ce qui compromet l’egalité d’accession aux soins , et c’est inacceptable “«  »”

    Répondre à ce message

    • Le 26 janvier 2017 à 15:22, par penhouet

      Bonjour,
      A l’heure de l’arrivée dans nos boites aux lettres du nouvel appel à la cotisation ordinale, le ras le bol monte dans le centre hospitalier où j’exerce.
      L’année dernière, l’entrevue avec un conseiller départemental du conseil de l’ordre n’avaient pas permis de faire évoluer cette cotisation injuste et dont l’utilité est très obscure.
      Le mouvement de contestation grandit et probablement qu’il existe dans d’autre CH ou dans d’autres régions : l’union permettrait de se faire entendre un peu plus...
      Entrons en contact !

      Répondre à ce message

    • Le 17 juillet 2017 à 21:05, par CAZEILS Francis

      Comment les habitants de ce pays seront-ils soignés demain ?
      Que proposer concrètement face aux problèmes de désertification médicale ?

      3 propositions à explorer :

      1) 1 ère proposition : celle, pour les soignants et les soignés, de se regrouper au sein de SCIC (= Sociétés Coopératives d’Intérêt Collectif).

      Il s’agit de Sociétés indépendantes (vivant des services qu’elles rendent, comme, actuellement, les cabinets médicaux isolés ou en groupe…), mais soutenues par l’ARS, par les Collectivités locales, par des industriels locaux, par des associations de patients, …
      Ces SCIC, indépendantes financièrement, fonctionnent comme des associations loi 1901 et chaque adhérent à droit à une voix lors des assemblées décisionnelles. Les organismes-soutiens sont regroupés en « collèges » pour participer à la vie de la SCIC et garantir leur pérennité. Les adhérents peuvent élaborer des stratégies de soins, de prévention-santé et les mettre en place ensemble (Education Thérapeutique des Patients, repas-rencontre entre soignants, formations des soignants, vie associative, …). La liberté de prescription et du mode d’exercice est préservée, les adhérents soignants pouvant exercer dans leur propre cabinet, isolément ou en groupe, ou dans uns structure de type Maison Pluridisciplinaire de Santé (MPS), sous le mode libéral ou sous le mode salarié, ou encore un mix des deux …Il s’agit de s’organiser pour une mise en œuvre territoriale de santé publique tout en garantissant une grande souplesse pour les soins à donner à la population et pour rendre attrayante la fonction des soignants dans le cadre conventionnel avec les organismes d’assurance sociale : une recherche de simplification à l’extrême des relations de paiement de ces structures en SCIC sera mise en place.

      2) La 2ème proposition s’adresse à l’Etat, responsable d’une politique de Santé permettant l’égalité d’accès aux soins : à l’instar de ce qui se fait pour l’Education Nationale, doivent être organisées des incitations et des obligations pour lutter contre les déserts médicaux, par exemple : stages chez le praticien effectués dans des structures territoriales de Soins primaires Et on pourrait organiser les 2 ou 3 premières années d’exercice de la médecine pour venir en aide à des praticiens exerçant dans des zones désertifiées. Ces 2 ou 3 premières années, intégrées aux études de médecine, seraient considérées comme complément de formation, notamment à la relation médecin malade (puisque, c’est bien connu, la médecine générale, c’est 80% de relationnel : en juin 2016, l’Académie de Médecine a conclu que la médecine de l’avenir passe par la Médecine Générale) et comme un service civique, rémunéré à sa juste valeur … avec possibilité d’exercice conjoint en ville et à l’hôpital …

      3) Enfin, 3ème proposition : nous devons alimenter le débat par des propositions concrètes (c’est ce que recommande l’Ordre des Médecins : lire et montrer aux pouvoirs publics notre détermination à faire disparaître ces déserts médicaux. Recherchons le soutien de la population, des élus locaux, de la presse. Nous pouvons organiser des actions visibles et médiatisées (à définir ensemble), pour faire bouger les choses.


      ______ ______ ______

      Docteur CAZEILS Francis,
      Association VCTB (qui a lancé, le 28 juin 2017, un Mouvement Pour l’Egalité d’accès aux Soins)
      35, rue Paul Claudel 47300 Villeneuve-sur-Lot
      cazeils.fr@free.fr
      Tél = 06 45 43 22 85

      Note bibliographique : Revue Le Généraliste du 2017-05-30 :

      https://www.legeneraliste.fr/actualites/article/2017/05/30/lordre-sort-une-cartographie-de-la-demographie-medicale-plus-precise-et-detaillee_310849

      Répondre à ce message

    • Le 17 juillet 2017 à 22:00, par CAZEILS Francis

      Comment les habitants de ce pays seront-ils soignés demain ?
      Que proposer concrètement face aux problèmes de désertification médicale ?

      3 propositions à explorer :

      1) 1 ère proposition : celle, pour les soignants et les soignés, de se regrouper au sein de SCIC (= Sociétés Coopératives d’Intérêt Collectif).

      Il s’agit de Sociétés indépendantes (vivant des services qu’elles rendent, comme, actuellement, les cabinets médicaux isolés ou en groupe…), mais soutenues par l’ARS, par les Collectivités locales, par des industriels locaux, par des associations de patients, …
      Ces SCIC, indépendantes financièrement, fonctionnent comme des associations loi 1901 et chaque adhérent à droit à une voix lors des assemblées décisionnelles. Les organismes-soutiens sont regroupés en « collèges » pour participer à la vie de la SCIC et garantir leur pérennité. Les adhérents peuvent élaborer des stratégies de soins, de prévention-santé et les mettre en place ensemble (Education Thérapeutique des Patients, repas-rencontre entre soignants, formations des soignants, vie associative, …). La liberté de prescription et du mode d’exercice est préservée, les adhérents soignants pouvant exercer dans leur propre cabinet, isolément ou en groupe, ou dans uns structure de type Maison Pluridisciplinaire de Santé (MPS), sous le mode libéral ou sous le mode salarié, ou encore un mix des deux …Il s’agit de s’organiser pour une mise en œuvre territoriale de santé publique tout en garantissant une grande souplesse pour les soins à donner à la population et pour rendre attrayante la fonction des soignants dans le cadre conventionnel avec les organismes d’assurance sociale : une recherche de simplification à l’extrême des relations de paiement de ces structures en SCIC sera mise en place.

      2) La 2ème proposition s’adresse à l’Etat, responsable d’une politique de Santé permettant l’égalité d’accès aux soins : à l’instar de ce qui se fait pour l’Education Nationale, doivent être organisées des incitations et des obligations pour lutter contre les déserts médicaux, par exemple : stages chez le praticien effectués dans des structures territoriales de Soins primaires Et on pourrait organiser les 2 ou 3 premières années d’exercice de la médecine pour venir en aide à des praticiens exerçant dans des zones désertifiées. Ces 2 ou 3 premières années, intégrées aux études de médecine, seraient considérées comme complément de formation, notamment à la relation médecin malade (puisque, c’est bien connu, la médecine générale, c’est 80% de relationnel : en juin 2016, l’Académie de Médecine a conclu que la médecine de l’avenir passe par la Médecine Générale) et comme un service civique, rémunéré à sa juste valeur … avec possibilité d’exercice conjoint en ville et à l’hôpital …

      3) Enfin, 3ème proposition : nous devons alimenter le débat par des propositions concrètes (c’est ce que recommande l’Ordre des Médecins : lire et montrer aux pouvoirs publics notre détermination à faire disparaître ces déserts médicaux. Recherchons le soutien de la population, des élus locaux, de la presse. Nous pouvons organiser des actions visibles et médiatisées (à définir ensemble), pour faire bouger les choses.


      ______ ______ ______

      Docteur CAZEILS Francis,
      Association VCTB (qui a lancé, le 28 juin 2017, un Mouvement Pour l’Egalité d’accès aux Soins)
      35, rue Paul Claudel 47300 Villeneuve-sur-Lot
      cazeils.fr@free.fr
      Tél = 06 45 43 22 85

      Note bibliographique : Revue Le Généraliste du 2017-05-30 :

      https://www.legeneraliste.fr/actualites/article/2017/05/30/lordre-sort-une-cartographie-de-la-demographie-medicale-plus-precise-et-detaillee_310849

      Répondre à ce message

  • Le 11 mai 2017 à 16:21, par pierre michaud

    Bonjour,

    PH en cardiologie en CHU je ne paie pas depuis plus de 10 ans, ne partageant rien avec ce lobby corporatiste obsolète. Je passe au tribunal le 7 septembre prochain.
    La lutte continue !

    PM

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

Accueil > Le mot du bureau > Soyez insoumis à l’Ordre !

Soyez insoumis à l’Ordre !

lundi 15 février 2016, par SMG.
Mis à jour le lundi 15 février 2016

Le manifeste du Mouvement d’Insoumission Ordinal Partiel, MIOP, vient d’être lancé par une centaine de médecins qui refusent l’obligation de cotisation à l’Ordre des Médecins (en documents joints).

Ils contestent le rôle et les prises de positions de celui-ci, tout particulièrement :

- Son rôle de juridiction d’exception qui lui permet de retirer à un médecin le droit d’exercer même si celui-ci n’est pas encore jugé par les tribunaux ordinaires, cela a été le cas pour le Docteur Bonnemaison.

- Son instruction des plaintes d’employeurs contre les médecins qui attestent du lien entre travail et santé pour leurs patients et le prononcé de condamnations pouvant aller jusqu’à 6 mois d’interdiction d’exercer (voir le site de l’Association Santé et Médecine du travail http://www.a-smt.org/).

- Ses prises de position récentes contre le tiers payant intégral obligatoire.

Pour rejoindre les insoumis :

- Signez le manifeste du MIOP avec un message à l’adresse : mmiop2016@gmail.com

- Ne payez que la moitié de la cotisation à l’Ordre en leur envoyant (en recommandé avec AR) la lettre proposée par le MIOP (document word joint).

titre documents joints

Commentaires

  • Soyez insoumis à l’Ordre ! Le 18 novembre 2016 à 20:33, par bernex

    Soyez insoumis à l’Ordre !

    bonjour je suis moi meme generaliste , insoumis a l’ordre depuis 30 ans , je repasse pour la X ième fois au tribunal le 12 12 , et je vais perdre pour la Xième fois , mais ce n’est pas grave
    en fait je les attaque principalement de par le fait qu’ils n’ont pas oeuvré a respecter la couverture sanitaire en france
    qu’ils ne sont pas impartiaux
    et aussi de l’inequité entre generaliste et specialiste puisque les obligations faites aux generalistes sans obligation de reciprocité font qu’ils ne sont plus qualifiés pour representer le medecins generalistes
    et surtout , l’acceptation du parcours de soins coordnné
    font que X % des personnes ne trouvent plus de medecins traitant et bon nombre d’entre eux ’n trouverons jamais , du fait de leur couleur et de leur culture , ce qui compromet l’egalité d’accession aux soins , et c’est inacceptable “«  »”

    Répondre à ce message

    • Soyez insoumis à l’Ordre ! Le 26 janvier 2017 à 15:22, par penhouet

      Bonjour,
      A l’heure de l’arrivée dans nos boites aux lettres du nouvel appel à la cotisation ordinale, le ras le bol monte dans le centre hospitalier où j’exerce.
      L’année dernière, l’entrevue avec un conseiller départemental du conseil de l’ordre n’avaient pas permis de faire évoluer cette cotisation injuste et dont l’utilité est très obscure.
      Le mouvement de contestation grandit et probablement qu’il existe dans d’autre CH ou dans d’autres régions : l’union permettrait de se faire entendre un peu plus...
      Entrons en contact !

      Répondre à ce message

    • Mouvement Pour l’Egalité d’accès aux Soins Le 17 juillet 2017 à 21:05, par CAZEILS Francis

      Comment les habitants de ce pays seront-ils soignés demain ?
      Que proposer concrètement face aux problèmes de désertification médicale ?

      3 propositions à explorer :

      1) 1 ère proposition : celle, pour les soignants et les soignés, de se regrouper au sein de SCIC (= Sociétés Coopératives d’Intérêt Collectif).

      Il s’agit de Sociétés indépendantes (vivant des services qu’elles rendent, comme, actuellement, les cabinets médicaux isolés ou en groupe…), mais soutenues par l’ARS, par les Collectivités locales, par des industriels locaux, par des associations de patients, …
      Ces SCIC, indépendantes financièrement, fonctionnent comme des associations loi 1901 et chaque adhérent à droit à une voix lors des assemblées décisionnelles. Les organismes-soutiens sont regroupés en « collèges » pour participer à la vie de la SCIC et garantir leur pérennité. Les adhérents peuvent élaborer des stratégies de soins, de prévention-santé et les mettre en place ensemble (Education Thérapeutique des Patients, repas-rencontre entre soignants, formations des soignants, vie associative, …). La liberté de prescription et du mode d’exercice est préservée, les adhérents soignants pouvant exercer dans leur propre cabinet, isolément ou en groupe, ou dans uns structure de type Maison Pluridisciplinaire de Santé (MPS), sous le mode libéral ou sous le mode salarié, ou encore un mix des deux …Il s’agit de s’organiser pour une mise en œuvre territoriale de santé publique tout en garantissant une grande souplesse pour les soins à donner à la population et pour rendre attrayante la fonction des soignants dans le cadre conventionnel avec les organismes d’assurance sociale : une recherche de simplification à l’extrême des relations de paiement de ces structures en SCIC sera mise en place.

      2) La 2ème proposition s’adresse à l’Etat, responsable d’une politique de Santé permettant l’égalité d’accès aux soins : à l’instar de ce qui se fait pour l’Education Nationale, doivent être organisées des incitations et des obligations pour lutter contre les déserts médicaux, par exemple : stages chez le praticien effectués dans des structures territoriales de Soins primaires Et on pourrait organiser les 2 ou 3 premières années d’exercice de la médecine pour venir en aide à des praticiens exerçant dans des zones désertifiées. Ces 2 ou 3 premières années, intégrées aux études de médecine, seraient considérées comme complément de formation, notamment à la relation médecin malade (puisque, c’est bien connu, la médecine générale, c’est 80% de relationnel : en juin 2016, l’Académie de Médecine a conclu que la médecine de l’avenir passe par la Médecine Générale) et comme un service civique, rémunéré à sa juste valeur … avec possibilité d’exercice conjoint en ville et à l’hôpital …

      3) Enfin, 3ème proposition : nous devons alimenter le débat par des propositions concrètes (c’est ce que recommande l’Ordre des Médecins : lire et montrer aux pouvoirs publics notre détermination à faire disparaître ces déserts médicaux. Recherchons le soutien de la population, des élus locaux, de la presse. Nous pouvons organiser des actions visibles et médiatisées (à définir ensemble), pour faire bouger les choses.


      ______ ______ ______

      Docteur CAZEILS Francis,
      Association VCTB (qui a lancé, le 28 juin 2017, un Mouvement Pour l’Egalité d’accès aux Soins)
      35, rue Paul Claudel 47300 Villeneuve-sur-Lot
      cazeils.fr@free.fr
      Tél = 06 45 43 22 85

      Note bibliographique : Revue Le Généraliste du 2017-05-30 :

      https://www.legeneraliste.fr/actualites/article/2017/05/30/lordre-sort-une-cartographie-de-la-demographie-medicale-plus-precise-et-detaillee_310849

      Répondre à ce message

    • Mouvement Pour l’Egalité d’accès aux Soins Le 17 juillet 2017 à 22:00, par CAZEILS Francis

      Comment les habitants de ce pays seront-ils soignés demain ?
      Que proposer concrètement face aux problèmes de désertification médicale ?

      3 propositions à explorer :

      1) 1 ère proposition : celle, pour les soignants et les soignés, de se regrouper au sein de SCIC (= Sociétés Coopératives d’Intérêt Collectif).

      Il s’agit de Sociétés indépendantes (vivant des services qu’elles rendent, comme, actuellement, les cabinets médicaux isolés ou en groupe…), mais soutenues par l’ARS, par les Collectivités locales, par des industriels locaux, par des associations de patients, …
      Ces SCIC, indépendantes financièrement, fonctionnent comme des associations loi 1901 et chaque adhérent à droit à une voix lors des assemblées décisionnelles. Les organismes-soutiens sont regroupés en « collèges » pour participer à la vie de la SCIC et garantir leur pérennité. Les adhérents peuvent élaborer des stratégies de soins, de prévention-santé et les mettre en place ensemble (Education Thérapeutique des Patients, repas-rencontre entre soignants, formations des soignants, vie associative, …). La liberté de prescription et du mode d’exercice est préservée, les adhérents soignants pouvant exercer dans leur propre cabinet, isolément ou en groupe, ou dans uns structure de type Maison Pluridisciplinaire de Santé (MPS), sous le mode libéral ou sous le mode salarié, ou encore un mix des deux …Il s’agit de s’organiser pour une mise en œuvre territoriale de santé publique tout en garantissant une grande souplesse pour les soins à donner à la population et pour rendre attrayante la fonction des soignants dans le cadre conventionnel avec les organismes d’assurance sociale : une recherche de simplification à l’extrême des relations de paiement de ces structures en SCIC sera mise en place.

      2) La 2ème proposition s’adresse à l’Etat, responsable d’une politique de Santé permettant l’égalité d’accès aux soins : à l’instar de ce qui se fait pour l’Education Nationale, doivent être organisées des incitations et des obligations pour lutter contre les déserts médicaux, par exemple : stages chez le praticien effectués dans des structures territoriales de Soins primaires Et on pourrait organiser les 2 ou 3 premières années d’exercice de la médecine pour venir en aide à des praticiens exerçant dans des zones désertifiées. Ces 2 ou 3 premières années, intégrées aux études de médecine, seraient considérées comme complément de formation, notamment à la relation médecin malade (puisque, c’est bien connu, la médecine générale, c’est 80% de relationnel : en juin 2016, l’Académie de Médecine a conclu que la médecine de l’avenir passe par la Médecine Générale) et comme un service civique, rémunéré à sa juste valeur … avec possibilité d’exercice conjoint en ville et à l’hôpital …

      3) Enfin, 3ème proposition : nous devons alimenter le débat par des propositions concrètes (c’est ce que recommande l’Ordre des Médecins : lire et montrer aux pouvoirs publics notre détermination à faire disparaître ces déserts médicaux. Recherchons le soutien de la population, des élus locaux, de la presse. Nous pouvons organiser des actions visibles et médiatisées (à définir ensemble), pour faire bouger les choses.


      ______ ______ ______

      Docteur CAZEILS Francis,
      Association VCTB (qui a lancé, le 28 juin 2017, un Mouvement Pour l’Egalité d’accès aux Soins)
      35, rue Paul Claudel 47300 Villeneuve-sur-Lot
      cazeils.fr@free.fr
      Tél = 06 45 43 22 85

      Note bibliographique : Revue Le Généraliste du 2017-05-30 :

      https://www.legeneraliste.fr/actualites/article/2017/05/30/lordre-sort-une-cartographie-de-la-demographie-medicale-plus-precise-et-detaillee_310849

      Répondre à ce message

  • Soyez insoumis à l’Ordre ! Le 11 mai 2017 à 16:21, par pierre michaud

    Bonjour,

    PH en cardiologie en CHU je ne paie pas depuis plus de 10 ans, ne partageant rien avec ce lobby corporatiste obsolète. Je passe au tribunal le 7 septembre prochain.
    La lutte continue !

    PM

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.