Accueil > Communiqués de presse > 2014 > Pour un système de santé solidaire

Pour un système de santé solidaire

lundi 27 octobre 2014, par SMG

Le SMG n’appelle pas à rejoindre le mouvement de protestation des autres syndicats de la médecine libérale.

Pourtant les raisons de la colère sont présentes. Une fois de plus, ce gouvernement, comme les précédents, méprise la médecine générale. Il ne faut rien attendre de cette future loi de santé publique qui passe à côté de l’essentiel.

Ce dont nous avons besoin, c’est d’une nouvelle organisation de l’offre de soins pour aller vers un système d’offre de santé. La médecine libérale peut-elle répondre à ce défi ? Ce n’est pas en s’enfermant dans des revendications tarifaires autour du prix de la consultation et en tournant le dos au tiers payant que l’on peut espérer être compris des citoyens de ce pays, au moment où la crise économique fait tant de mal à la population. L’impasse corporatiste est patente depuis 20 ans.

Aujourd’hui si la médecine générale libérale veut retrouver son identité et imposer sa reconnaissance par le pouvoir politique, c’est en se mobilisant avec les citoyens pour exiger : le développement du travail collectif et coordonné, le tiers payant généralisé, l’indépendance de la formation et de l’exercice professionnel, la redéfinition des missions du médecin généraliste au regard des besoins de santé de la population et un financement solidaire du système de soins et de santé. Sans un soutien fort de la population, rien ne se fera.

P.-S.

Contact :
Dr Didier Ménard : 06 07 16 57 78

  • Le 9 novembre 2014 à 19:27, par Christian Lehmann

    Bonjour Didier

    je pratique le tiers payant, comme tu l’as fait toi-même, depuis des années, et j’ai souvenir du tiers-payant coordonné de l’option référent... mais aujourd’hui, après dix ans de politique orwellienne à la CNAM "en agissant comme le pire du privé nous sauverons la Sécu", et avec les complémentaires dont les dents rayent le plancher, que penser d’un TPG qui me semble là uniquement dans le but d’être un habillage social à une "réforme" incohérente au service des assureurs ?
    Je te donne mon analyse
    http://enattendanth5n1.20minutes-blogs.fr/archive/2014/06/26/tiers-payant-generalise-chez-le-medecin-ce-que-cache-l-effet-901247.html
    et je serais ravi d’avoir la tienne. Amitiés

    Répondre à ce message

  • Le 2 décembre 2014 à 10:54, par ROY Jean Louis

    Maintenant que les syndicats de médecins ont acquis droit de regard sur la CARMF et les retraites dans leurs diverses modalités, comment vont-ils valoriser les cotisations versées jusqu’à la retraite sans que l’effet escompté ait été au rendez-vous ? En retraite depuis 1994 (dont 2 ans de la modalité autorisée pour les retraites anticipées), ce que je touche est strictement identique depuis 20 ans, ce qui correspond à 30 % de dévaluation. Etre amputé du tiers de ses revenus alors qu’on croyait avoir assuré ses arrières, c’est dur. Avez-vous une solution pour revaloriser nos allocations ?

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

Accueil > Communiqués de presse > 2014 > Pour un système de santé solidaire

Pour un système de santé solidaire

lundi 27 octobre 2014, par SMG.
Mis à jour le lundi 27 octobre 2014

Le SMG n’appelle pas à rejoindre le mouvement de protestation des autres syndicats de la médecine libérale.

Pourtant les raisons de la colère sont présentes. Une fois de plus, ce gouvernement, comme les précédents, méprise la médecine générale. Il ne faut rien attendre de cette future loi de santé publique qui passe à côté de l’essentiel.

Ce dont nous avons besoin, c’est d’une nouvelle organisation de l’offre de soins pour aller vers un système d’offre de santé. La médecine libérale peut-elle répondre à ce défi ? Ce n’est pas en s’enfermant dans des revendications tarifaires autour du prix de la consultation et en tournant le dos au tiers payant que l’on peut espérer être compris des citoyens de ce pays, au moment où la crise économique fait tant de mal à la population. L’impasse corporatiste est patente depuis 20 ans.

Aujourd’hui si la médecine générale libérale veut retrouver son identité et imposer sa reconnaissance par le pouvoir politique, c’est en se mobilisant avec les citoyens pour exiger : le développement du travail collectif et coordonné, le tiers payant généralisé, l’indépendance de la formation et de l’exercice professionnel, la redéfinition des missions du médecin généraliste au regard des besoins de santé de la population et un financement solidaire du système de soins et de santé. Sans un soutien fort de la population, rien ne se fera.

P.-S.

Contact :
Dr Didier Ménard : 06 07 16 57 78

Commentaires

  • Pour un système de santé solidaire Le 9 novembre 2014 à 19:27, par Christian Lehmann

    Bonjour Didier

    je pratique le tiers payant, comme tu l’as fait toi-même, depuis des années, et j’ai souvenir du tiers-payant coordonné de l’option référent... mais aujourd’hui, après dix ans de politique orwellienne à la CNAM "en agissant comme le pire du privé nous sauverons la Sécu", et avec les complémentaires dont les dents rayent le plancher, que penser d’un TPG qui me semble là uniquement dans le but d’être un habillage social à une "réforme" incohérente au service des assureurs ?
    Je te donne mon analyse
    http://enattendanth5n1.20minutes-blogs.fr/archive/2014/06/26/tiers-payant-generalise-chez-le-medecin-ce-que-cache-l-effet-901247.html
    et je serais ravi d’avoir la tienne. Amitiés

    Répondre à ce message

  • Pour un système de santé solidaire Le 2 décembre 2014 à 10:54, par ROY Jean Louis

    Maintenant que les syndicats de médecins ont acquis droit de regard sur la CARMF et les retraites dans leurs diverses modalités, comment vont-ils valoriser les cotisations versées jusqu’à la retraite sans que l’effet escompté ait été au rendez-vous ? En retraite depuis 1994 (dont 2 ans de la modalité autorisée pour les retraites anticipées), ce que je touche est strictement identique depuis 20 ans, ce qui correspond à 30 % de dévaluation. Etre amputé du tiers de ses revenus alors qu’on croyait avoir assuré ses arrières, c’est dur. Avez-vous une solution pour revaloriser nos allocations ?

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.