Accueil > Archives > La Lettre du SMG > Lettre n° 1 - 1er mars 2007 > Lettre syndicale du SMG n° 1

Lettre syndicale du SMG n° 1

jeudi 1er mars 2007, par SMG

Le Syndicat de la Médecine Générale décide de mieux communiquer :
Le SMG décide de mieux communiquer avec ses adhérents et ses contacts amis en publiant une lettre électronique mensuelle. Pourquoi ? Parce que l’actualité des derniers mois dans le champ des soins et de la santé est fournie et nous invite à nous mobiliser (pour une politique solidaire des soins et de la santé, pour un accès aux soins pour tous, pour la lutte contre les inégalités sociales de santé, pour des choix démocratiques en matière de démographie médicale et de continuité des soins, pour la poursuite de la mobilisation des internes et des enseignants en médecine générale, pour l’indépendance professionnelle face à la pression des firmes pharmaceutiques et des assureurs privés, pour une autre politique de rémunération des professionnels, etc.), mais aussi parce que la revue Pratiques, les cahiers de la médecine utopique, qui était le lieu de nos expressions syndicales a décidé de s’autonomiser et d’évoluer afin d’assurer sa pérennité (cf. site Pratiques www.pratiques.fr), enfin et surtout, parce que la commission exécutive du SMG ressent le besoin de partager ses réflexions et analyses avec vous, les adhérents, les contacts amis, les partenaires afin d’enrichir le débat autour des questions sus-citées. N’hésitez donc pas à réagir à cette première lettre ; remarques, critiques et propositions seront les bienvenues pour améliorer les lettres à suivre. Merci pour votre participation.

La mort du « médecin référent » : un mauvais coup pour la médecine générale.

Alors que gouvernement et Assurance maladie proclament sans cesse le besoin d’améliorer la qualité des soins, ils détruisent un outil qui a fait ses preuves dans l’amélioration de la prise en charge des patients, et de la qualité de vie des médecins généralistes. Il appartient aux médecins généralistes de montrer que ce combat perdu ne signifie pas la fin de la médecine générale. C’est dans l’élaboration d’un projet alternatif immédiatement applicable que nous pourrons montrer aux citoyens de ce pays qu’il est possible de faire autrement…

Lire la suite : CP du 12 février 2007

Le SMG est opposé au mot d’ordre C = CS et aux incitations à pratiquer des dépassements des tarifs opposables.

Une évolution en ce sens de notre rémunération ne pourrait conduire qu’à une impasse. La reconnaissance de la médecine générale comme spécialité n’est que l’alignement de notre métier sur les spécialités déjà reconnues en terme de cursus de formation initiale, cet alignement doit aussi concerner le statut professionnel et donc la rémunération : celle-ci doit être adaptée à la particularité de notre exercice de généralistes. En ce sens, la reconnaissance de la spécificité de notre métier incluant la prévention, l’éducation sanitaire et la coordination doit être valorisée par une juste rémunération forfaitaire comme dans le cadre du médecin référent…

Lire la suite : CP du 6 février 2007

Coup d’arrêt aux programmes « d’aide à l’observance ».

Le SMG se réjouit de la suppression, lors du vote au sénat, de l’article 29 ; celui-ci avait été inclus, par le gouvernement, dans la loi transposant la Directive Européenne sur le médicament. Il autorisait les programmes « d’aide à l’observance » menés par les firmes pharmaceutiques auprès des patients et avait été voté en première lecture par l’Assemblée nationale le 11 janvier ; les députés français allaient en cela à l’encontre des députés européens qui, en 2004, avaient fait échec à la volonté de la Commission Européenne d’autoriser la publicité directe auprès du public pour les médicaments de prescription…

Lire la suite : CP du 8 janvier 2007

Pour plus d’informations se référer à l’article paru dans la partie magazine de la revue Pratiques n°36 : sommaire de la revue et commande en ligne possible sur le site de Pratiques www.pratiques.fr

Le SMG soutien le mouvement des internes en médecine générale et des généralistes enseignants.

La grève pour qui ? Pourquoi ?...

Cf. texte de Didier Ménard ci-dessous

Quelle mobilisation poursuivre pour un enseignement de la médecine générale adapté à la spécificité du métier ?...

Cf. texte de Marie Kayser ci-dessous

Non à une société sécuritaire.

Projets de loi après projets de loi, c’est toute la société qui peu à peu, change de visage. Des éducateurs sont sommés de rompre le secret professionnel et de dénoncer les personnes dont ils s’occupent au maire. Des salles d’attente hospitalières ou des écoles ont même été des lieux d’arrestation pour des étrangers sans papiers. Des enfants en difficulté sont étiquetés et stigmatisés comme prédélinquants. Le numéro de Sécurité sociale pourrait être croisé avec celui d’autres organismes sociaux, photo à l’appui. Les personnes qui voudront des soins seraient alors susceptibles d’être retrouvées par la police ou les impôts. Le secret n’existerait plus, à terme, vis-à-vis des assureurs et des employeurs. Dans un tel contexte, le soin ne serait plus un lieu sacré au regard du secret professionnel…

Cf. article de Elisabeth Arrighi et Martine Lalande extrait de Pratiques n° 36 ci-dessous

Et si nous exercions autrement ?

Appel à tous les adhérents du SMG et à tous ceux qui croient en notre projet, à se préparer soit à construire des Maisons de santé de proximité soit à transformer l’existant vers des Maisons de santé de proximité.

Echangez vos expériences actuelles et vos projets... Lire la suite de l’appel

Cf. appel Didier Ménard ci-dessous

Autre modes d’exercice

Dans chaque lettre syndicale, cette rubrique se fera l’écho de vos expériences actuelles, de vos interrogations et de vos projets.

Un autre mode d’exercice : Un centre de santé universitaire à Gennevilliers ?

Je travaille comme médecin généraliste à Gennevilliers, dans un cabinet de groupe, avec une associée (bientôt deux), une psychologue, deux remplaçantes et une stagiaire (SASPAS). Dans le même quartier….

Cf. texte Martine Lalande ci-dessous

Apprendre de l’expérience

Il y a vingt ans, un diagnostic sur l’état de santé des habitants de la cité du Francs-Moisins à Saint-Denis fut établi par la ville. Les professionnels de la santé du quartier et des institutions y participèrent ainsi que les habitants. Ce diagnostic constatait que pour les personnes en difficultés sociales, l’accès aux soins et aux droits sociaux était compliqué, ce qui aggravait leur situation …

Cf. texte Didier Ménard ci-dessous

Calendrier du SMG
- Prochaine commission exécutive samedi 17 mars 2007 au local syndical à Malakoff : ces commissions exécutives sont ouvertes aux adhérents et aux sympathisants réunions
- Journée de printemps du SMG, à Paris, samedi 9 juin 2007 :
« Les Maisons de Santé de Proximité, de l’utopie à la réalisation : quels obstacles ? Quelles limites ? »

Répondre à cet article

Accueil > Archives > La Lettre du SMG > Lettre n° 1 - 1er mars 2007 > Lettre syndicale du SMG n° 1

Lettre syndicale du SMG n° 1

jeudi 1er mars 2007, par SMG.
Mis à jour le dimanche 20 janvier 2008

Le Syndicat de la Médecine Générale décide de mieux communiquer :
Le SMG décide de mieux communiquer avec ses adhérents et ses contacts amis en publiant une lettre électronique mensuelle. Pourquoi ? Parce que l’actualité des derniers mois dans le champ des soins et de la santé est fournie et nous invite à nous mobiliser (pour une politique solidaire des soins et de la santé, pour un accès aux soins pour tous, pour la lutte contre les inégalités sociales de santé, pour des choix démocratiques en matière de démographie médicale et de continuité des soins, pour la poursuite de la mobilisation des internes et des enseignants en médecine générale, pour l’indépendance professionnelle face à la pression des firmes pharmaceutiques et des assureurs privés, pour une autre politique de rémunération des professionnels, etc.), mais aussi parce que la revue Pratiques, les cahiers de la médecine utopique, qui était le lieu de nos expressions syndicales a décidé de s’autonomiser et d’évoluer afin d’assurer sa pérennité (cf. site Pratiques www.pratiques.fr), enfin et surtout, parce que la commission exécutive du SMG ressent le besoin de partager ses réflexions et analyses avec vous, les adhérents, les contacts amis, les partenaires afin d’enrichir le débat autour des questions sus-citées. N’hésitez donc pas à réagir à cette première lettre ; remarques, critiques et propositions seront les bienvenues pour améliorer les lettres à suivre. Merci pour votre participation.

La mort du « médecin référent » : un mauvais coup pour la médecine générale.

Alors que gouvernement et Assurance maladie proclament sans cesse le besoin d’améliorer la qualité des soins, ils détruisent un outil qui a fait ses preuves dans l’amélioration de la prise en charge des patients, et de la qualité de vie des médecins généralistes. Il appartient aux médecins généralistes de montrer que ce combat perdu ne signifie pas la fin de la médecine générale. C’est dans l’élaboration d’un projet alternatif immédiatement applicable que nous pourrons montrer aux citoyens de ce pays qu’il est possible de faire autrement…

Lire la suite : CP du 12 février 2007

Le SMG est opposé au mot d’ordre C = CS et aux incitations à pratiquer des dépassements des tarifs opposables.

Une évolution en ce sens de notre rémunération ne pourrait conduire qu’à une impasse. La reconnaissance de la médecine générale comme spécialité n’est que l’alignement de notre métier sur les spécialités déjà reconnues en terme de cursus de formation initiale, cet alignement doit aussi concerner le statut professionnel et donc la rémunération : celle-ci doit être adaptée à la particularité de notre exercice de généralistes. En ce sens, la reconnaissance de la spécificité de notre métier incluant la prévention, l’éducation sanitaire et la coordination doit être valorisée par une juste rémunération forfaitaire comme dans le cadre du médecin référent…

Lire la suite : CP du 6 février 2007

Coup d’arrêt aux programmes « d’aide à l’observance ».

Le SMG se réjouit de la suppression, lors du vote au sénat, de l’article 29 ; celui-ci avait été inclus, par le gouvernement, dans la loi transposant la Directive Européenne sur le médicament. Il autorisait les programmes « d’aide à l’observance » menés par les firmes pharmaceutiques auprès des patients et avait été voté en première lecture par l’Assemblée nationale le 11 janvier ; les députés français allaient en cela à l’encontre des députés européens qui, en 2004, avaient fait échec à la volonté de la Commission Européenne d’autoriser la publicité directe auprès du public pour les médicaments de prescription…

Lire la suite : CP du 8 janvier 2007

Pour plus d’informations se référer à l’article paru dans la partie magazine de la revue Pratiques n°36 : sommaire de la revue et commande en ligne possible sur le site de Pratiques www.pratiques.fr

Le SMG soutien le mouvement des internes en médecine générale et des généralistes enseignants.

La grève pour qui ? Pourquoi ?...

Cf. texte de Didier Ménard ci-dessous

Quelle mobilisation poursuivre pour un enseignement de la médecine générale adapté à la spécificité du métier ?...

Cf. texte de Marie Kayser ci-dessous

Non à une société sécuritaire.

Projets de loi après projets de loi, c’est toute la société qui peu à peu, change de visage. Des éducateurs sont sommés de rompre le secret professionnel et de dénoncer les personnes dont ils s’occupent au maire. Des salles d’attente hospitalières ou des écoles ont même été des lieux d’arrestation pour des étrangers sans papiers. Des enfants en difficulté sont étiquetés et stigmatisés comme prédélinquants. Le numéro de Sécurité sociale pourrait être croisé avec celui d’autres organismes sociaux, photo à l’appui. Les personnes qui voudront des soins seraient alors susceptibles d’être retrouvées par la police ou les impôts. Le secret n’existerait plus, à terme, vis-à-vis des assureurs et des employeurs. Dans un tel contexte, le soin ne serait plus un lieu sacré au regard du secret professionnel…

Cf. article de Elisabeth Arrighi et Martine Lalande extrait de Pratiques n° 36 ci-dessous

Et si nous exercions autrement ?

Appel à tous les adhérents du SMG et à tous ceux qui croient en notre projet, à se préparer soit à construire des Maisons de santé de proximité soit à transformer l’existant vers des Maisons de santé de proximité.

Echangez vos expériences actuelles et vos projets... Lire la suite de l’appel

Cf. appel Didier Ménard ci-dessous

Autre modes d’exercice

Dans chaque lettre syndicale, cette rubrique se fera l’écho de vos expériences actuelles, de vos interrogations et de vos projets.

Un autre mode d’exercice : Un centre de santé universitaire à Gennevilliers ?

Je travaille comme médecin généraliste à Gennevilliers, dans un cabinet de groupe, avec une associée (bientôt deux), une psychologue, deux remplaçantes et une stagiaire (SASPAS). Dans le même quartier….

Cf. texte Martine Lalande ci-dessous

Apprendre de l’expérience

Il y a vingt ans, un diagnostic sur l’état de santé des habitants de la cité du Francs-Moisins à Saint-Denis fut établi par la ville. Les professionnels de la santé du quartier et des institutions y participèrent ainsi que les habitants. Ce diagnostic constatait que pour les personnes en difficultés sociales, l’accès aux soins et aux droits sociaux était compliqué, ce qui aggravait leur situation …

Cf. texte Didier Ménard ci-dessous

Calendrier du SMG
- Prochaine commission exécutive samedi 17 mars 2007 au local syndical à Malakoff : ces commissions exécutives sont ouvertes aux adhérents et aux sympathisants réunions
- Journée de printemps du SMG, à Paris, samedi 9 juin 2007 :
« Les Maisons de Santé de Proximité, de l’utopie à la réalisation : quels obstacles ? Quelles limites ? »

Répondre à cet article

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.