Accueil > Analyses > Accès aux soins > Tiers payant > Le droit de pratiquer le tiers payant : un vrai changement

Le droit de pratiquer le tiers payant : un vrai changement

mardi 30 août 2011, par SMG

par Mady Denantes, en réponse à l’article "La nouvelle convention de 2011 reconnaît l’importance du tiers payant pour l’accès aux soins, mais continue à en limiter l’accès" sur le site.

Elle le « permet ponctuellement pour les patients qui le nécessiteraient
selon l’appréciation du médecin traitant » : cela reste très restrictif et
jusqu’à présent, c’était déjà le cas sauf peut-être dans certaines caisses encore plus restrictives.

Non, le tiers payant n’était pas autorisé aux médecins généralistes dans la précédente convention sauf accords locaux.
Et dans de nombreux départements, il n’était pas autorisé.
A Paris, chaque changement de directeur de caisse, menaçait cette accord tacite.

Dans notre cabinet nous l’appliquons depuis le référent, et ne plus avoir cette épée de Damoclès au dessus de la tête (refus par un nouveau directeur de caisse) est un progrès, même si nous sommes bien loin encore du tiers payant complet, du droit par le patient de bénéficier du tiers payant...

Répondre à cet article

Accueil > Analyses > Accès aux soins > Tiers payant > Le droit de pratiquer le tiers payant : un vrai changement

Le droit de pratiquer le tiers payant : un vrai changement

mardi 30 août 2011, par SMG.
Mis à jour le jeudi 8 septembre 2011

par Mady Denantes, en réponse à l’article "La nouvelle convention de 2011 reconnaît l’importance du tiers payant pour l’accès aux soins, mais continue à en limiter l’accès" sur le site.

Elle le « permet ponctuellement pour les patients qui le nécessiteraient
selon l’appréciation du médecin traitant » : cela reste très restrictif et
jusqu’à présent, c’était déjà le cas sauf peut-être dans certaines caisses encore plus restrictives.

Non, le tiers payant n’était pas autorisé aux médecins généralistes dans la précédente convention sauf accords locaux.
Et dans de nombreux départements, il n’était pas autorisé.
A Paris, chaque changement de directeur de caisse, menaçait cette accord tacite.

Dans notre cabinet nous l’appliquons depuis le référent, et ne plus avoir cette épée de Damoclès au dessus de la tête (refus par un nouveau directeur de caisse) est un progrès, même si nous sommes bien loin encore du tiers payant complet, du droit par le patient de bénéficier du tiers payant...

Répondre à cet article

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.