Accueil > Communiqués de presse > 2016 > Le 31 mars, manifestons pour un Code du travail progressiste, refusons le (...)

Le 31 mars, manifestons pour un Code du travail progressiste, refusons le projet El Khomri

mardi 29 mars 2016, par SMG

Le Syndicat de la Médecine Générale appelle à nouveau à participer aux mouvements et manifestations demandant l’abandon du projet de loi El Khomri.

La révision du 24 mars du projet de loi modifiant le Code du travail est restée superficielle et ne change en rien la logique libérale de déconstruction sociale en cours, nous renvoyant plus de 150 ans en arrière. La suppression des droits des salariés met directement leur santé en danger. L’insécurité permanente, la précarité, les inégalités économiques sont sources de graves dommages tant physiques que psychiques, et ce pour tous les citoyens (1).

Le Code du travail doit rester un facteur de progrès social en établissant des règles équitables contre la violence du marché libéral, qui n’est rien d’autre que la loi du plus fort. Des réformes progressistes du code sont pourtant possibles (2).

Sortons de l’impasse libérale, refusons la réforme El Khomri.

1. Wilkinson RG. L’égalité c’est la santé. Paris : Demopolis ; 2010.
2. http://pact2016.blogspot.fr/

P.-S.

Contacts
Guillaume GETZ : 06 22 61 35 12
Martine LALANDE : 06 03 36 66 17

Documents joints

Répondre à cet article

Accueil > Communiqués de presse > 2016 > Le 31 mars, manifestons pour un Code du travail progressiste, refusons le (...)

Le 31 mars, manifestons pour un Code du travail progressiste, refusons le projet El Khomri

mardi 29 mars 2016, par SMG.
Mis à jour le mardi 29 mars 2016

Le Syndicat de la Médecine Générale appelle à nouveau à participer aux mouvements et manifestations demandant l’abandon du projet de loi El Khomri.

La révision du 24 mars du projet de loi modifiant le Code du travail est restée superficielle et ne change en rien la logique libérale de déconstruction sociale en cours, nous renvoyant plus de 150 ans en arrière. La suppression des droits des salariés met directement leur santé en danger. L’insécurité permanente, la précarité, les inégalités économiques sont sources de graves dommages tant physiques que psychiques, et ce pour tous les citoyens (1).

Le Code du travail doit rester un facteur de progrès social en établissant des règles équitables contre la violence du marché libéral, qui n’est rien d’autre que la loi du plus fort. Des réformes progressistes du code sont pourtant possibles (2).

Sortons de l’impasse libérale, refusons la réforme El Khomri.

1. Wilkinson RG. L’égalité c’est la santé. Paris : Demopolis ; 2010.
2. http://pact2016.blogspot.fr/

P.-S.

Contacts
Guillaume GETZ : 06 22 61 35 12
Martine LALANDE : 06 03 36 66 17

titre documents joints

Répondre à cet article

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.