Accueil > Communiqués de presse > 2014 > L’Ordre des médecins, justice d’exception, ne doit pas (...)

L’Ordre des médecins, justice d’exception, ne doit pas contredire la justice citoyenne

jeudi 3 juillet 2014, par SMG

Quand la justice citoyenne contredit une justice d’exception, la justice d’exception doit se dédire, l’Ordre des médecins doit annuler l’interdiction d’exercer la médecine qu’il a infligée au docteur Bonnemaison.

L’Ordre des médecins a interdit l’exercice de la médecine au docteur Bonnemaison coupable, à ses yeux, « d’avoir donné la mort », en infraction avec la loi Léonetti sur la fin de vie, reprise dans l’article 37 du Code de déontologie médicale.
La Cour d’Assises de Pau, en acquittant le docteur Bonnemaison, vient de proclamer le contraire au nom du peuple français. Le procès de la cour d’Assises a montré l’impossibilité, dans les circonstances connues qui se sont déroulées à l’hôpital de Bayonne, d’appliquer strictement la loi Léonetti et l’importance qu’une nouvelle loi soit mise en chantier dès maintenant. (1)
Une fois de plus, comme pour le refus de la médecine de groupe dans les années 60, de la contraception, de l’avortement, de l’accès aux traitements de substitution pour le usagers de drogue, et aujourd’hui dans un combat autour de la fin de vie, l’Ordre des médecin invente une pseudo justice dont l’idéologie conservatrice et archaïque est étrangère à une grande majorité des médecins de ce pays.
Il est temps de supprimer cette juridiction d’exception héritée d’une époque obscure et malveillante pour le pays.

1- lire l’article : http://pratiques.fr/Acquittement-du-Docteur.html

Contact :
Didier Ménard : 06 07 16 57 78

  • Le 5 juillet 2014 à 09:41, par Thierry M

    Ouh là, vous n’avez visiblement pas bien compris le fonctionnement de la Justice ! En effet :

    1/ D’abord la décision du jury populaire n’est pas encore définitive. D’ailleurs il y a eu appel du Parquet donc, en l’état, cette décision ne vaut rien

    2/ Votre soi disant justice d’exception, en tant que juridiction administrative, est aussi susceptible d’appel auprès du Conseil d’Etat et d’ailleurs, M. Bonnemaison a lui aussi fait appel

    3/ Enfin vous semblez ignorer que la cours d’assises et la chambre disciplinaire jugent deux choses différentes. La première juge sur le fait que M. Bennemaison est ou non un assassin (a priori ses patients seraient morts assez vite sans son action d’où la décision de la cours, du moins c’est comme cela que je l’interpreète), la Chanbre, elle, juge sur le respect de la Déontologie (principes de dévouement, de compétence ou de moralité). Or M. Bonnemaison a décidé tout seul, dans son coin, qui devait vivre et qui devait mourir, sans consulter personne. Et là, effectivement, il y a à redire...

    4/ Vous montrez encore votre ignorance crasse en confondant l’Ordre avec les Chambres Disciplinaires qui sont indépendantes et présidées par un magistrat administratif ou, dans le cas de la Chambre Nationale, par un Conseiller d’Etat.

    5/ Vous parlez d’une "juridiction héritée d’une époque obscure et malveillante pour le pays". Je suppose que le Général de Gaulle et M. François Billoux, du parti communiste français, ont du (une nouvelle fois) se retourner dans leurs tombes !

    Bref, cet article n’est vraiment pas objectif ni sérieux...

    Ceci dit il est connu que l’Ordre fait de l’ombre aux syndicats et on comprend très bien pourquoi vous êtes toujours en train de taper dessus...

    Répondre à ce message

  • Le 12 juillet 2014 à 14:08, par Thierry M

    Comme par hasard les commentaires à cet articles qui le critiquent ne sont pas publiés. Cela me donne une très haute opinion (ironique bien sur) de votre association...

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

Accueil > Communiqués de presse > 2014 > L’Ordre des médecins, justice d’exception, ne doit pas (...)

L’Ordre des médecins, justice d’exception, ne doit pas contredire la justice citoyenne

jeudi 3 juillet 2014, par SMG.
Mis à jour le jeudi 3 juillet 2014

Quand la justice citoyenne contredit une justice d’exception, la justice d’exception doit se dédire, l’Ordre des médecins doit annuler l’interdiction d’exercer la médecine qu’il a infligée au docteur Bonnemaison.

L’Ordre des médecins a interdit l’exercice de la médecine au docteur Bonnemaison coupable, à ses yeux, « d’avoir donné la mort », en infraction avec la loi Léonetti sur la fin de vie, reprise dans l’article 37 du Code de déontologie médicale.
La Cour d’Assises de Pau, en acquittant le docteur Bonnemaison, vient de proclamer le contraire au nom du peuple français. Le procès de la cour d’Assises a montré l’impossibilité, dans les circonstances connues qui se sont déroulées à l’hôpital de Bayonne, d’appliquer strictement la loi Léonetti et l’importance qu’une nouvelle loi soit mise en chantier dès maintenant. (1)
Une fois de plus, comme pour le refus de la médecine de groupe dans les années 60, de la contraception, de l’avortement, de l’accès aux traitements de substitution pour le usagers de drogue, et aujourd’hui dans un combat autour de la fin de vie, l’Ordre des médecin invente une pseudo justice dont l’idéologie conservatrice et archaïque est étrangère à une grande majorité des médecins de ce pays.
Il est temps de supprimer cette juridiction d’exception héritée d’une époque obscure et malveillante pour le pays.

1- lire l’article : http://pratiques.fr/Acquittement-du-Docteur.html

Contact :
Didier Ménard : 06 07 16 57 78

Commentaires

  • L’Ordre des médecins, justice d’exception, ne doit pas contredire la justice citoyenne Le 5 juillet 2014 à 09:41, par Thierry M

    Ouh là, vous n’avez visiblement pas bien compris le fonctionnement de la Justice ! En effet :

    1/ D’abord la décision du jury populaire n’est pas encore définitive. D’ailleurs il y a eu appel du Parquet donc, en l’état, cette décision ne vaut rien

    2/ Votre soi disant justice d’exception, en tant que juridiction administrative, est aussi susceptible d’appel auprès du Conseil d’Etat et d’ailleurs, M. Bonnemaison a lui aussi fait appel

    3/ Enfin vous semblez ignorer que la cours d’assises et la chambre disciplinaire jugent deux choses différentes. La première juge sur le fait que M. Bennemaison est ou non un assassin (a priori ses patients seraient morts assez vite sans son action d’où la décision de la cours, du moins c’est comme cela que je l’interpreète), la Chanbre, elle, juge sur le respect de la Déontologie (principes de dévouement, de compétence ou de moralité). Or M. Bonnemaison a décidé tout seul, dans son coin, qui devait vivre et qui devait mourir, sans consulter personne. Et là, effectivement, il y a à redire...

    4/ Vous montrez encore votre ignorance crasse en confondant l’Ordre avec les Chambres Disciplinaires qui sont indépendantes et présidées par un magistrat administratif ou, dans le cas de la Chambre Nationale, par un Conseiller d’Etat.

    5/ Vous parlez d’une "juridiction héritée d’une époque obscure et malveillante pour le pays". Je suppose que le Général de Gaulle et M. François Billoux, du parti communiste français, ont du (une nouvelle fois) se retourner dans leurs tombes !

    Bref, cet article n’est vraiment pas objectif ni sérieux...

    Ceci dit il est connu que l’Ordre fait de l’ombre aux syndicats et on comprend très bien pourquoi vous êtes toujours en train de taper dessus...

    Répondre à ce message

  • L’Ordre des médecins, justice d’exception, ne doit pas contredire la justice citoyenne Le 12 juillet 2014 à 14:08, par Thierry M

    Comme par hasard les commentaires à cet articles qui le critiquent ne sont pas publiés. Cela me donne une très haute opinion (ironique bien sur) de votre association...

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.