Accueil > Le mot du bureau > Jacques Richaud nous a quitté

Jacques Richaud nous a quitté

Décès d’un camarade de longue date du SMG et de Pratiques

mercredi 11 septembre 2013, par Didier Ménard, le SMG

La mort de Jacques Richaud nous plonge dans une profonde tristesse. C’est le combat commun pour bâtir une société plus juste qui nous a fait rencontrer, c’est sur la route de cet idéal que nous avons cheminé ensemble.
Compagnons de route du SMG et de la revue Pratiques, nous avons partagé des débats passionnants et passionnés, parfois au-delà du raisonnable, mais faut-il être raisonnable pour changer le monde ! Jacques avait le don pour mobiliser notre colère, notre soif de justice sociale et d’égalité. Son immense culture et connaissances des luttes populaires ont souvent guidé notre réflexion. Combien de fois son éclairage des évènements nous permettait de saisir le sens profond et les enjeux cachés de ce qu’il se passait. Ses écrits, ses poèmes, faisaient du bien. Il pratiquait la chirurgie, nous pratiquons la médecine générale, mais cette différence s’estompait tant nous partagions les valeurs de la médecine au service du peuple. Quelle mauvaise idée que de mourir l’ami ! tu restes à nos côtés, la lutte continue.

Didier Ménard

Voir en ligne : http://www.agoravox.fr/auteur/jacques-richaud

  • Le 11 septembre 2013 à 14:46, par Christian BONNAUD

    Souvenir bien sûr, de cette grande gueule militante que tu as été Jacques, des interventions parfois longues, mais toujours dans la logique de ton combat "dire non à l’injustice"

    Au revoir

    Répondre à ce message

  • Le 11 septembre 2013 à 18:15, par DUBREIL Patrick

    Je partage l’émotion et la douleur de mes camarades du SMG.
    Jacques était pétri de convictions d’égalité et de justice sociale, cultivé, au fait de l’histoire sociale, syndicale, politique de notre pays, c’était un grand lecteur. Il m’a fait découvrir et aimé l’oeuvre de Walter Benjamin.
    Ses analyses lors de nos congrès étaient toujours très écoutées. Il faisait parti de ces hommes qui augmentent, élargissent la pensée, notre pensée. Il nous apportait beaucoup de connaissances dans ses articles dans Pratiques, toujours pertinents.
    Nous perdons un camarade, un ami fraternel, un docteur des hôpitaux comme on en rencontre rarement dans sa vie.
    Salut à toi Jacques et merci pour tout.

    Répondre à ce message

  • Le 13 septembre 2013 à 07:59, par Séraphin Collé

    Je n’ai pas eu l’occasion de bien connaitre Jacques Richaud, seulement le souvenir de quelques paroles échangées lors de nos Rencontres et Congrès. Le souvenir que quelqu’un de chaleureux, intègre et très intelligent.

    Je me souviens par contre très bien de ma première rencontre avec lui.

    Ce devait être en 1990/91, jeune externe de 22 ans, j’avais le doux rêve de réussir le concours de l’internat et de devenir un brillant neurochirurgien de notoriété internationale...
    J’avais donc naturellement choisi de faire un stage dans le service de neurochirurgie du Pr Lazorthes à Rangueil.
    J’avais fantasmé depuis le début du premier cycle notre rencontre avec les services de soins. Nous regardions cette forteresse avec beaucoup d’espoir (le CHU de Rangueil est au sommet d’une colline et surplombe la Faculté de Médecine) et nous rongions notre frein à l’idée de devoir attendre ces fameux stages d’externe.
    Ma première déconvenue fût l’accueil que l’Hôpital nous réservait... L’arrivée dans le service fût un non évènement, personne pour nous recevoir, une salle des externes vide, des dossiers sans vraiment d’explication sur notre rôle, à part la nécessité rapide de recopier les résultats biologiques... Des heures à ne rien faire, l’ennui ! Pas d’encadrement pédagogique !! Pas de contact avec les patients !!! Personnes pour nous montrer !!!!
    Personne sauf Jacques Richaud qui nous avait présenté son travail et la chirurgie des craniosténoses pédiatriques. Mais surtout il nous avait parlé de médecine sociale, de questions éthiques et nous avait vanté la médecine générale. C’était la première fois que j’entendais ce discours à l’hôpital...

    C’était l’exemple d’une pratique ultra technique soucieuse des question humaines et sociales.
    Conscient maintenant de cette responsabilité en tant qu’acteur de soins, j’espère pouvoir moi aussi en tant que Maître de Stage transmettre ces principes aux étudiants de 2ème cycle et ainsi perpétuer l’enseignement de Jacques.

    Respect,

    Répondre à ce message

  • Le 20 septembre 2013 à 20:33, par Bernard COADOU

    Jacques RICHAUD nous a étonnés et nous a stimulés par son érudition, sa capacité de travail, sa modestie, son humilité, ses prises de risque alors qu’il aurait pu rester confortablement installé dans les "hautes" sphères qui parlent plus qu’elles n’agissent.
    Merci pour tout Jacques. Ton parcours de vie nous aide grandement à faire vivre nos valeurs communes.
    Bernard COADOU - Bordeaux

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

Accueil > Le mot du bureau > Jacques Richaud nous a quitté

Jacques Richaud nous a quitté

Décès d’un camarade de longue date du SMG et de Pratiques

mercredi 11 septembre 2013, par Didier Ménard, le SMG.
Mis à jour le vendredi 13 septembre 2013

La mort de Jacques Richaud nous plonge dans une profonde tristesse. C’est le combat commun pour bâtir une société plus juste qui nous a fait rencontrer, c’est sur la route de cet idéal que nous avons cheminé ensemble.
Compagnons de route du SMG et de la revue Pratiques, nous avons partagé des débats passionnants et passionnés, parfois au-delà du raisonnable, mais faut-il être raisonnable pour changer le monde ! Jacques avait le don pour mobiliser notre colère, notre soif de justice sociale et d’égalité. Son immense culture et connaissances des luttes populaires ont souvent guidé notre réflexion. Combien de fois son éclairage des évènements nous permettait de saisir le sens profond et les enjeux cachés de ce qu’il se passait. Ses écrits, ses poèmes, faisaient du bien. Il pratiquait la chirurgie, nous pratiquons la médecine générale, mais cette différence s’estompait tant nous partagions les valeurs de la médecine au service du peuple. Quelle mauvaise idée que de mourir l’ami ! tu restes à nos côtés, la lutte continue.

Didier Ménard

Voir en ligne : http://www.agoravox.fr/auteur/jacques-richaud

Voir en ligne

http://www.agoravox.fr/auteur/jacques-richaud

Commentaires

  • Jacques Richaud nous a quitté Le 11 septembre 2013 à 14:46, par Christian BONNAUD

    Souvenir bien sûr, de cette grande gueule militante que tu as été Jacques, des interventions parfois longues, mais toujours dans la logique de ton combat "dire non à l’injustice"

    Au revoir

    Répondre à ce message

  • Jacques Richaud nous a quitté Le 11 septembre 2013 à 18:15, par DUBREIL Patrick

    Je partage l’émotion et la douleur de mes camarades du SMG.
    Jacques était pétri de convictions d’égalité et de justice sociale, cultivé, au fait de l’histoire sociale, syndicale, politique de notre pays, c’était un grand lecteur. Il m’a fait découvrir et aimé l’oeuvre de Walter Benjamin.
    Ses analyses lors de nos congrès étaient toujours très écoutées. Il faisait parti de ces hommes qui augmentent, élargissent la pensée, notre pensée. Il nous apportait beaucoup de connaissances dans ses articles dans Pratiques, toujours pertinents.
    Nous perdons un camarade, un ami fraternel, un docteur des hôpitaux comme on en rencontre rarement dans sa vie.
    Salut à toi Jacques et merci pour tout.

    Répondre à ce message

  • Jacques Richaud nous a quitté Le 13 septembre 2013 à 07:59, par Séraphin Collé

    Je n’ai pas eu l’occasion de bien connaitre Jacques Richaud, seulement le souvenir de quelques paroles échangées lors de nos Rencontres et Congrès. Le souvenir que quelqu’un de chaleureux, intègre et très intelligent.

    Je me souviens par contre très bien de ma première rencontre avec lui.

    Ce devait être en 1990/91, jeune externe de 22 ans, j’avais le doux rêve de réussir le concours de l’internat et de devenir un brillant neurochirurgien de notoriété internationale...
    J’avais donc naturellement choisi de faire un stage dans le service de neurochirurgie du Pr Lazorthes à Rangueil.
    J’avais fantasmé depuis le début du premier cycle notre rencontre avec les services de soins. Nous regardions cette forteresse avec beaucoup d’espoir (le CHU de Rangueil est au sommet d’une colline et surplombe la Faculté de Médecine) et nous rongions notre frein à l’idée de devoir attendre ces fameux stages d’externe.
    Ma première déconvenue fût l’accueil que l’Hôpital nous réservait... L’arrivée dans le service fût un non évènement, personne pour nous recevoir, une salle des externes vide, des dossiers sans vraiment d’explication sur notre rôle, à part la nécessité rapide de recopier les résultats biologiques... Des heures à ne rien faire, l’ennui ! Pas d’encadrement pédagogique !! Pas de contact avec les patients !!! Personnes pour nous montrer !!!!
    Personne sauf Jacques Richaud qui nous avait présenté son travail et la chirurgie des craniosténoses pédiatriques. Mais surtout il nous avait parlé de médecine sociale, de questions éthiques et nous avait vanté la médecine générale. C’était la première fois que j’entendais ce discours à l’hôpital...

    C’était l’exemple d’une pratique ultra technique soucieuse des question humaines et sociales.
    Conscient maintenant de cette responsabilité en tant qu’acteur de soins, j’espère pouvoir moi aussi en tant que Maître de Stage transmettre ces principes aux étudiants de 2ème cycle et ainsi perpétuer l’enseignement de Jacques.

    Respect,

    Répondre à ce message

  • Jacques Richaud nous a quitté Le 20 septembre 2013 à 20:33, par Bernard COADOU

    Jacques RICHAUD nous a étonnés et nous a stimulés par son érudition, sa capacité de travail, sa modestie, son humilité, ses prises de risque alors qu’il aurait pu rester confortablement installé dans les "hautes" sphères qui parlent plus qu’elles n’agissent.
    Merci pour tout Jacques. Ton parcours de vie nous aide grandement à faire vivre nos valeurs communes.
    Bernard COADOU - Bordeaux

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.