Accueil > Communiqués de presse > 2008 > Des « Maisons de santé » ? Oui, mais lesquelles ? - 19 février (...)

Des « Maisons de santé » ? Oui, mais lesquelles ? - 19 février 2008

mardi 19 février 2008, par SMG

Les Etats Généraux de l’Organisation de la Santé ont relancé la question des « Maisons de santé ». Elles sont plébiscitées par les internes et les jeunes médecins. Au Syndicat de la Médecine Générale, depuis longtemps (1), nous travaillons à la création de « Maisons de santé de proximité » et à de nouvelles formes d’organisation de l’offre de soins. Nous avons fait partie des défricheurs de nouvelles pratiques professionnelles : réseaux de santé, médecin référent… Mais en raison des corporatismes, de l’idéologie dominante, ces authentiques évolutions sont soit bloquées, soit vidées de leur contenu. Nous savons qu’il ne suffit pas de faire gagner un concept pour qu’il préserve ce qui en fait sa spécificité et son originalité.

Découvrir aujourd’hui que les maisons de santé sont une des solutions à la crise devient une évidence. Pour que cette évidence devienne réalité, nous savons que la condition première est que ces maisons de santé permettent la transformation du système de l’offre de soins vers la création d’un système de santé.

Pour cela nous énonçons ce qu’elles ne doivent surtout pas être et ce qu’elles doivent impérativement devenir (2).

Ce que les maisons de santé de proximité ne doivent pas être
- Les maisons de santé ne doivent pas être un regroupement, petit ou grand, d’intérêts professionnels dans le cadre d’une opération financière ou immobilière.
- Les maisons de santé ne sont pas « la solution » au problème des zones en carence d’offre de soins. Elles participent à l’aménagement du territoire qui concerne l’ensemble de l’offre des services publics.
- Les maisons de santé ne sont pas des officines au service des intérêts d’institutions publiques ou de compagnies d’assurances privées.
- Les maisons de santé ne sont pas les pseudopodes en ambulatoire des structures de soins hospitalières publiques ou privées.
- Les maisons de santé ne doivent pas être l’arbre qui cache la forêt de la dévalorisation de l’offre de soins primaire.

Ce que les maisons de santé de proximité doivent devenir
- Les maisons de santé inscrivent leur travail dans la proximité de vie des habitants.
- Les maisons de santé sont des structures de soins primaire et polyvalent, qui associent l’ensemble des professionnels des actions sociales et de santé : soins, prévention, éducation, santé publique, aide sociale.
- Les maisons de santé sont des lieux d’application des nouvelles pratiques professionnelles : délégation de tâches, participation des usagers, collaboration avec les associations des habitants...
- L’accès aux soins est facilité par la pratique systématique du tiers-payant.
- Les maisons de santé sont des lieux de formation universitaire et de recherche.
- Les maisons de santé peuvent avoir différentes structures juridiques et les professionnels qui y travaillent différents modes de rémunération.

Le débat est ouvert. Il ne se fera pas sans la participation de tous ceux qui ont une expérience des maisons de santé. Le Syndicat de la Médecine Générale est l’un des ces acteurs.

1- Le SMG a été le promoteur des Unités Sanitaire de Base en 1982 à Saint-Nazaire.
2- Dossier à consulter sur le site du SMG

P.-S.

Contact :
- Didier Ménard : 06 07 16 57 78

Répondre à cet article

Accueil > Communiqués de presse > 2008 > Des « Maisons de santé » ? Oui, mais lesquelles ? - 19 février (...)

Des « Maisons de santé » ? Oui, mais lesquelles ? - 19 février 2008

mardi 19 février 2008, par SMG.
Mis à jour le mardi 19 février 2008

Les Etats Généraux de l’Organisation de la Santé ont relancé la question des « Maisons de santé ». Elles sont plébiscitées par les internes et les jeunes médecins. Au Syndicat de la Médecine Générale, depuis longtemps (1), nous travaillons à la création de « Maisons de santé de proximité » et à de nouvelles formes d’organisation de l’offre de soins. Nous avons fait partie des défricheurs de nouvelles pratiques professionnelles : réseaux de santé, médecin référent… Mais en raison des corporatismes, de l’idéologie dominante, ces authentiques évolutions sont soit bloquées, soit vidées de leur contenu. Nous savons qu’il ne suffit pas de faire gagner un concept pour qu’il préserve ce qui en fait sa spécificité et son originalité.

Découvrir aujourd’hui que les maisons de santé sont une des solutions à la crise devient une évidence. Pour que cette évidence devienne réalité, nous savons que la condition première est que ces maisons de santé permettent la transformation du système de l’offre de soins vers la création d’un système de santé.

Pour cela nous énonçons ce qu’elles ne doivent surtout pas être et ce qu’elles doivent impérativement devenir (2).

Ce que les maisons de santé de proximité ne doivent pas être
- Les maisons de santé ne doivent pas être un regroupement, petit ou grand, d’intérêts professionnels dans le cadre d’une opération financière ou immobilière.
- Les maisons de santé ne sont pas « la solution » au problème des zones en carence d’offre de soins. Elles participent à l’aménagement du territoire qui concerne l’ensemble de l’offre des services publics.
- Les maisons de santé ne sont pas des officines au service des intérêts d’institutions publiques ou de compagnies d’assurances privées.
- Les maisons de santé ne sont pas les pseudopodes en ambulatoire des structures de soins hospitalières publiques ou privées.
- Les maisons de santé ne doivent pas être l’arbre qui cache la forêt de la dévalorisation de l’offre de soins primaire.

Ce que les maisons de santé de proximité doivent devenir
- Les maisons de santé inscrivent leur travail dans la proximité de vie des habitants.
- Les maisons de santé sont des structures de soins primaire et polyvalent, qui associent l’ensemble des professionnels des actions sociales et de santé : soins, prévention, éducation, santé publique, aide sociale.
- Les maisons de santé sont des lieux d’application des nouvelles pratiques professionnelles : délégation de tâches, participation des usagers, collaboration avec les associations des habitants...
- L’accès aux soins est facilité par la pratique systématique du tiers-payant.
- Les maisons de santé sont des lieux de formation universitaire et de recherche.
- Les maisons de santé peuvent avoir différentes structures juridiques et les professionnels qui y travaillent différents modes de rémunération.

Le débat est ouvert. Il ne se fera pas sans la participation de tous ceux qui ont une expérience des maisons de santé. Le Syndicat de la Médecine Générale est l’un des ces acteurs.

1- Le SMG a été le promoteur des Unités Sanitaire de Base en 1982 à Saint-Nazaire.
2- Dossier à consulter sur le site du SMG

P.-S.

Contact :
- Didier Ménard : 06 07 16 57 78

Répondre à cet article

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.