Accueil > Analyses > Ethique, société et législation > Communiqué à l’opinion publique - Annonce d’arrêt de la grève (...)

Communiqué à l’opinion publique - Annonce d’arrêt de la grève de la faim d’Abdellatif Bouhjila

mardi 30 novembre 2010

Moi, Abdellatif Bouhjila, ex prisonnier politique, j’ai commencé une grève de la faim le 11 octobre 2010 ; elle a duré cinquante jours, mon état de santé s’est éminemment détérioré. J’ai énormément de mal à respirer et j’ai des douleurs au niveau du cœur, des poumons et des reins.

A partir d’une initiative de la Campagne nationale pour la liberté de circulation et le droit à un passeport, et en accord et en concertation avec eux,-après que leur coordinateur général, Noureddine Khatrouchi, m’ait promis de poursuivre l’action pour mon droit à un passeport avec l’ensemble de la société civile en Tunisie et à l’étranger, et en réponse à l’appel lancé par les organisations de droits en Tunisie samedi et à l’étranger avec le mouvement de protestation initié devant le Consulat de Tunisie à Paris […] m’exhortant à stopper la grève qui met en péril ma vie […], j’annonce que je mets un terme à cette grève mardi 30 novembre 2010. […]

Quant à mes amis au niveau des droits de l’homme au plan national et international, je leur adresse à tous sans exception mes salutations et mes remerciements pour tous les efforts qu’ils ont déployés pour faire connaître l’injustice qui me frappe, moi et des milliers d’ex prisonniers d’opinion et je leur dis que si j’arrête la grève aujourd’hui, c’est parce que j’ai entièrement confiance en vous et dans votre promesse de continuer à être à mes côtés jusqu’à ce que je recouvre mon droit, humainement et constitutionnellement parlant, à mon passeport et à des soins.[…]

Tunis, le 30 Novembre 2010

Abdellatif Bouhjila
(traduction d’extraits ni revue ni corrigée par l’auteur de la version en arabe, LT)

Répondre à cet article

Accueil > Analyses > Ethique, société et législation > Communiqué à l’opinion publique - Annonce d’arrêt de la grève (...)

Communiqué à l’opinion publique - Annonce d’arrêt de la grève de la faim d’Abdellatif Bouhjila

mardi 30 novembre 2010
Mis à jour le jeudi 16 décembre 2010

Moi, Abdellatif Bouhjila, ex prisonnier politique, j’ai commencé une grève de la faim le 11 octobre 2010 ; elle a duré cinquante jours, mon état de santé s’est éminemment détérioré. J’ai énormément de mal à respirer et j’ai des douleurs au niveau du cœur, des poumons et des reins.

A partir d’une initiative de la Campagne nationale pour la liberté de circulation et le droit à un passeport, et en accord et en concertation avec eux,-après que leur coordinateur général, Noureddine Khatrouchi, m’ait promis de poursuivre l’action pour mon droit à un passeport avec l’ensemble de la société civile en Tunisie et à l’étranger, et en réponse à l’appel lancé par les organisations de droits en Tunisie samedi et à l’étranger avec le mouvement de protestation initié devant le Consulat de Tunisie à Paris […] m’exhortant à stopper la grève qui met en péril ma vie […], j’annonce que je mets un terme à cette grève mardi 30 novembre 2010. […]

Quant à mes amis au niveau des droits de l’homme au plan national et international, je leur adresse à tous sans exception mes salutations et mes remerciements pour tous les efforts qu’ils ont déployés pour faire connaître l’injustice qui me frappe, moi et des milliers d’ex prisonniers d’opinion et je leur dis que si j’arrête la grève aujourd’hui, c’est parce que j’ai entièrement confiance en vous et dans votre promesse de continuer à être à mes côtés jusqu’à ce que je recouvre mon droit, humainement et constitutionnellement parlant, à mon passeport et à des soins.[…]

Tunis, le 30 Novembre 2010

Abdellatif Bouhjila
(traduction d’extraits ni revue ni corrigée par l’auteur de la version en arabe, LT)

Répondre à cet article

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.